-oyer


-oyer

⇒-OYER, suff.
Suff. tiré de la dés. lat. -izare calquée sur le gr. - en lat. vulg. (notamment à l'époque chrét.) et entrant dans la constr. de nombreux verbes auxquels il a donné une valeur factitive.
A. —[La base est un subst.] V. bordoyer (rem. 2 s.v. border II A 3 c), charroyer, chatoyer, côtoyer, coudoyer, festoyer, flamboyer, foudroyer, grossoyer, guerroyer, larmoyer, merdoyer, ondoyer, poudroyer, soudoyer et aussi :
monnoyer, verbe trans. Var. de monnayer. Le temps court, et monnoie en courant tes statues (HUGO, Dieu, 1885, p.198).
quintoyer, verbe intrans. Faire entendre successivement plusieurs intervalles de quinte. En raison de sa perce cylindrique, la Cl[arinette] n'octavie pas, elle quintoye, c'est-à-dire que, pour la production des sons harmoniques, elle saute à la douzième de la fondamentale (BRENET, Dict. prat. et hist. mus., 1926, p.80).
B. —[La base est un verbe] V. tournoyer (qui est la var. de tourner).
C. —[La base est un adj.] V. blanchoyer, blondoyer, bornoyer, nettoyer, rougeoyer, rudoyer, verdoyer.
D. —[La base est le pron. pers. d'allocution de la 2e pers.] V. tutoyer, voussoyer, vouvoyer.
Vitalité. 1. Bordoyer s'est effacé dès le XVe s. au profit de la var. graph. bordailler/bordayer comme terme de mar. 2. Dans merdoyer, le suff. -oyer se trouve en concurrence avec le suff. pop. -ouiller: merdouiller. 3. Nombre de ces verbes sont de formation anc. et existaient en a. fr. à l'exception de chatoyer et de merdoyer. Certains d'entre eux se sont subst. comme plaidoyer qui a disparu comme verbe au profit de plaider qui constituait déjà un doublet en a. fr. 4. Monnoyer s'est effacé au profit de la var. graph. monnayer vers le mil. du XIXesiècle. Ac. 1835 note monnayer. 5. Jusqu'au XVIIe s., tutayer a été empl. pour tutoyer.
Prononc.:[-waje]. Conjug. v. aboyer. Bbg. DUB. Dér. 1962, p.19.

-oyer
Suffixe de verbes, qui, ajouté à une base adjective ou verbale, forme un verbe factif (rougeoyer, tournoyer).

Encyclopédie Universelle. 2012.